Que s’est-il passé au Sri Lanka?

Pendant près de trente ans, de 1983 à 2009, une violente guerre civile a ravagé le Sri Lanka. Dans le nord-est du pays des factions tamoules se sont battues contre ce qu’elles estimaient être des discriminations commises par l’ethnie majoritaire cingalaise, allant parfois jusqu’à revendiquer la création d’un Etat tamoul indépendant.

Au fil du temps, une organisation terroriste appelée LTTE (les Tigres de Libération de l’Ilam Tamoul) et surnommée les Tigres Tamouls s'est formée. Eliminant tous ses rivaux les plus modérés, le LTTE a peu à peu prit le contrôle du nord et de l’est du territoire sri lankais. Négligeant et brutalisant leur propre population, les Tigres Tamouls ont fait régner un climat de terreur sur l’ensemble du territoire du Sri Lanka et au-delà.

Parallèlement, les leaders nationalistes du Gouvernement sri lankais ont continué d’exacerber le conflit ethnique avec l’instauration d’une politique de tolérance zéro. Le recours à la torture devint monnaie courante, de même que les assassinats de journalistes contestataires et d’opposants au régime. Lorsque, peu de temps après, le rassemblement d'un mouvement de jeunes nationalistes de gauche - le JVP - provoqua un soulèvement dans le sud du pays, plus de 30.000 personnes furent portées «disparues» suite à l’intervention des forces gouvernementales. 

En 2005, Mahinda Rajapaska, actuel Président du Sri Lanka, est élu. Plus que jamais décidé à en finir avec la guerre civile, une impressionnante intervention militaire est entreprise sous son commandement afin de reconquérir les zones occupées par le LTTE. La guerre a finalement pris fin en 2009 suite à la victoire des forces gouvernementales mais ce, au prix de nombreuses vies. La vidéo suivante reprend ce récit. 

 

Pour voir la suite du documentaire choc de Channel 4, cliquez ici.

Avant l'assaut final, dans les dernières zones occupées, l'ensemble des journalistes, des ONG, du personnel onusien et toutes les personnes susceptibles de témoigner des évènements ont été obligés de quitter ces zones. De ce fait, personne n'est réellement en mesure de rendre compte des derniers jours de la guerre. Le Secrétaire Général des Nations Unis, Mr Ban Ki-Moon, a cependant chargé une commission d'experts indépendants d'enquêter sur la situation.
 
La Commission a établi qu'il y avait des preuves tangibles que :
- le Gouvernement Sri Lankais et les forces du LTTE ont commis les plus graves crimes contre l'humanité.
- des dizaines de milliers de personnes civiles, l'évaluation la plus probable étant de  40 000, ont trouvé la mort lors de ces évènements – la majorité d'entre eux sous les armes du Gouvernement du Sri Lanka à l’intérieur de zones désignées comme « sûres » par celui-ci.
- le Gouvernement du Sri Lanka a délibérément bombardé les hôpitaux et les centres de la Croix Rouge.
- le Gouvernement du Sri Lanka a eu recours à des pratiques d’enlèvement et de torture ainsi que commandité de nombreuses exécutions pour faire taire tous ceux qui s'opposaient à sa politique.
 
Dans le même temps, la chaîne d'information anglaise, Channel 4 a obtenu des séquences vidéos, jugées fiables par trois différents experts, et montrant :
- l'exécution de civils et de prisonniers par des soldats.
- des prisonniers en garde à vue qui avaient obtenu la promesse d’être sains et saufs de la part du Ministre de la Défense (qui n’est autre que le frère du président), et pourtant décédés par la suite.
- des soldats déshabillant et maltraitant des cadavres tandis que leurs commentaires laissent entendre que des violences sexuelles ont eu lieu avant les décès.